Les techniques d’indexation

16 Nov Les techniques d’indexation


Le postulat de départ

Convaincre le grand manitou d’adhérer à votre projet, a certes été un véritable exercice d’équilibriste. Toutefois, vous l’avez réussi haut la main ! Vous l’avez enfin, votre logiciel de gestion de médias.

L’équipe du SI a été d’une aide sans faille. Les sherpas d’Orkis vous ont assistés dans la mise en place de votre logiciel de gestion de photos et vidéos.

Vous vous êtes attelés à la tâche. Vous avez mis en pratique les décisions actées dans vos états des lieux et audit préalables. Votre logiciel de photothèque est maintenant parfaitement intégré au SI. L’outil a été paramétré. Et les choix d’indexation ont été faits pour faciliter :

  • Le stockage
  • L’identification des médias
  • Leur description et indexation
  • Leurs recherches par vos auditeurs que vous avez souhaité rendre autonomes.

 

Douce mélodie… ou la parodie de la documentaliste…

Si vous êtes documentaliste, comme moi ☺, on a déjà dû vous faire la mauvaise blague de la documentaliste au féminin. Vieille avec son chignon et ses lunettes, stricte et dans ses bouquins ….et j’en passe. Personne ne connaît véritablement notre tanière ! Et pourtant nous sommes des expert(e)s dans notre domaine….

Qui sait débroussailler, trier, classer, dédoublonner, indexer mieux que nous ? Qui sait éditer, décrire, enregistrer, tagger, archiver, capitaliser, mutualiser avec autant de facilité que nous ? ……Personne !!!

Chers Dirigeants, le documentaliste n’est pas l’animal à poil ras et sec que vous imaginez ! Premièrement, c’est un animal doux aux multiples facettes. Deuxièmement, c’est le pilier central de votre entreprise ! Si on l’apprivoise, il sera d’un appui inestimable.

En gros, c’est le chef parfait pour diriger tous les membres de votre équipe :

  • Un expert dans son domaine. Car, il connaît tous les recoins de son métier
  • Avec un grand niveau de connaissances
  • Et d’une grande capacité d’adaptation
  • Qui est force de propositions
  • Et sait travailler avec ses congénères
  • Enfin, qui sait parfaitement identifier les médias et faciliter leurs entrées dans votre outil de photothèque

 

Comment organiser votre phrasé ou la gestion de vos médias.

La parfaite indexation …

Indexation (des salaires ?). Imports et exports (de marchandises ?). Capitalisation (de capitaux ?). Contribution (généralisée ?). Répartition (budgétaire ?). Mutualisation (des fonds ?).

Pourquoi avons-nous changé de partition ? Pourquoi cette sonate de la finance ? Nous ne sommes pas sur le bon tempo, non ?

Pour modeler le phrasé de sa partition, tout chef d’orchestre se doit d’en maîtriser la technique. Il doit connaître à minima les méthodes …d’indexation des données, images, sons, vidéos.

“L’indexation est l’opération qui consiste à décrire et à caractériser un document à l’aide de représentations des concepts contenus dans ce document, c’est-à-dire à transcrire en langage documentaire les concepts après les avoir extraits du document par une analyse.”
Source : Ménillet, Dominique. Thésaurus et indexationBulletin des bibliothèques de France, 1993, n° 5, p. 44-46. Voilà, c’est dit.

L’indexation pour les nuls : Identifier, Enregistrer, Saisir, Décrire, Classer, Organiser, Chercher, Trouver, Informer, Rendre accessible.

Les profanes diront que ce langage ressemble à un miaulement rauque voire à des vocalises. Pourtant, il s’agit simplement de rédiger la fiche d’identité de votre document pour en faire la description de son contenu. Tel des suspects, les empreintes de vos médias seront ainsi mémorisées. Vos photos et vidéos seront identifiées, enregistrées, décrites, classées et organisées selon des règles précises. Cela, afin d’en faciliter la restitution et de pouvoir retomber sur ses pattes, tel le félin, lors des recherches.

 

Les techniques d’indexation ou comment décrire une image, un son, une vidéo.

 La description du contenu de vos médias, c’est très simple et INDISPENSABLE.

Tel un interrogatoire, sous des projecteurs, vous allez devoir fouiller la vie de votre suspect. Il doit se mettre à table. Décrire un document, une photo, une vidéo, une scène de crime, c’est un travail de détective patient et minutieux. Car la précision est gage de résultats ! Cher détective, votre enquête doit vous mener sur le chemin de la vérité ! Faites comparaître l’accusé. Allons Sherlock ! Foncez !

Accusé, déclinez vos noms et identité :

  • Votre nom : Lire le titre ou la légende du média
  • Votre prénom : La nature (Affiche, diapo, carte postale, image numérique, argentique, une conférence, une interview, un rush)
  • D’où venez-vous ? : Le type (image, vidéo, son, fichier, affiche)
  • De quelle région ? : La couleur dominante
  • Votre âge ? : La date de prise de vue
  • Avez-vous des parents ? : L’auteur
  • Physionomie : La description
  • Adresse : La localisation
  • La ou les langue(s) [parlées] :
  • Votre dossier [média] est-il confidentiel ou public ?
  • Ainsi que les droits associés :

 

Mais pourquoi un tel interrogatoire ? A quoi cela me sert-il ? En dépit de ce que l’on a dans les métadonnées EXIF et IPTC, vous diront certains ?

Oui, vous aurez automatiquement :

  • Un titre, mais pas normalisé
  • Un auteur, mais pas systématiquement
  • Une date de prise de vue, fastoche
  • L’orientation de l’image…
  • La géolocalisation, si votre appareil photo ou smartphone est équipé

….et seulement si le photographe n’a ni vidé les EXIF ni retouché les images.

Vous comprenez qu’il est nécessaire d’avoir un minimum de méthode et d’expertise avant d’engager tout travail d’identification de vos suspects (ou médias si vous préférez).

 

 


Vous avez des questions ? N’hésitez pas !

 

Société

Nom (*)

E-mail (*)

Commentaire

CONTACT

Je suis intéressé par : AjarisKentika

Je voudrais :